4 outils pour corriger efficacement un roman

4 outils

4 outils efficaces et éprouvés

Quels outils concrets adopter pour corriger un texte? En effet, quand on reprend le premier jet d’un texte, surtout un texte long comme un roman, c’est parfois difficile de savoir par où commencer.

Moi-même, j’ai mis un certain temps à les trouver. Finalement, j’ai pu développer mes propres outils, 4 outils sortis de mon expérience personnelle ou de mes formations et lectures.

Crédit photo: Pinterest

Voici donc mes 4 meilleurs outils pour corriger ton roman:

1. Faire un synopsis pour revoir la structure

Avant tout, relire une fois ton texte et en établir un synopsis va t’aider à t’y retrouver. En effet, pour les personnes qui écrivent un texte sans faire de plan, comme moi, cette étape est cruciale. Elle te permettra d’établir une vision d’ensemble de ton texte. Tu pourras ainsi repérer les incohérences, et revoir la structure à ta convenance.

En ce qui me concerne, le synopsis me permet surtout de constater que, même s’il y a beaucoup de choses à élaguer, mon texte est déjà cohérent et construit. C’est encourageant!

2. Creuser les personnages et les lieux (cohérence)

Et, en parlant de cohérence, c’est le moment d’observer tes personnages et de dresser les plans des lieux de ta diégèse (l’univers de ton roman).

a. En ce qui concerne les personnages, ils n’ont pas besoin d’être rationnels ou toujours cohérents. Les meilleurs personnages de roman, en effet, sont ceux qui sont le moins prévisibles, non? En revanche, en ce qui concerne leurs attributs (âge, sexe, genre, etc.), il est bon qu’ils soient pensés, réfléchis. Un bon outil pour les creuser, par exemple, est le fameux questionnaire de Proust, que tu peux faire faire à tes personnages.

b. Pour ce qui est des lieux de la fiction, là aussi, vérifie leur cohérence, ainsi que la clarté de leur représentation. Même si tu souhaites cultiver un certain mystère, il faut que ton univers mental se retrouve de manière claire et explicite sur la page. Dresse un plan des lieux que tu décris; ajoute-y les éléments que tu jugeras pertinents. Réfère-toi ensuite à tes plans pour revoir tes descriptions, ainsi que les actions des personnages dans ces lieux.

3. Revoir l’expression

C’est dans Écriture, mémoires d’un métier, de Stephen King, que j’ai trouvé les meilleurs conseils de style. Certes, King s’exprime en anglais. Mais ses conseils sont parfaitement applicables au français. Voici les plus intéressants, à mon sens: traquer les adverbes et les pléonasmes. En effet, on peut, le plus souvent, se passer d’un adverbe et le remplacer par un verbe qui contient l’idée exprimée. Exemple:

« Elle marchait lentement » –> « elle déambulait » (déambuler signifie marcher lentement, au hasard)

Et en ce qui concerne les pléonasmes, beaucoup de textes en sont alourdis. Exemple:

« Il claqua la porte avec fracas. » (claquer une porte se fait forcément de cette manière).

Ainsi, il est important de veiller à alléger un texte au maximum. Au fur et à mesure, on se débarrasse de ce qui est inutile et qui rend la lecture fastidieuse.

Cependant, je réitèrerai ici ma méfiance envers les critères et autres prescriptions. Voici un exemple de très bonne phrase pourtant « alourdie » par les adverbes:

Non seulement la file était intolérablement lente (…), mais, quand elle s’ébranlait, elle ne grappillait qu’une fraction de l’espace qu’un seul corps occupait. Comme si certains clients n’étaient, bizarrement, que partiellement présents.

Thomas Pynchon, Contre-jour, p. 189

Ainsi, l’outil ci-dessous est encore le plus intéressant, car il permet de sortir des querelles de chapelle et d’affirmer, en toute conscience, son individualité d’auteure:

4. Appliquer des critères de correction efficaces

Enfin, j’en ai déjà parlé ici: il existe en effet des critères de relecture fiables, et qui permettent de dépasser le « j’aime » / « j’aime pas », afin d’améliorer un texte. Ils ont l’avantage de permettre de progresser tout en sortant de l’exigence élitiste d’un texte « parfait » et des idées toutes faites sur ce qu’est un bon roman. Ils permettent de prendre conscience de ce que l’on a fait ou voulu faire, et de faire des modifications si on le souhaite, de creuser certains aspects ou, au contraire, en retrancher si nécessaire. Ces critères me viennent en partie de ma formation en écriture créative lors de mes études de pédagogie. Il s’agit de:

  • Rythme
  • Intérêt
  • Cohérence
  • Orthographe.

Si tu veux les découvrir en détail et comprendre pourquoi ils sont utiles, tu peux relire cet article.

Et si tu veux aller plus loin:

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Écris un texte en 7 jours et retrouve confiance en ton écriture sans faire de plan!

Si tu rêves d’écrire mais ne sais pas par où commencer, ce petit défi te permettra de remettre le pied à l’étrier!

Marie-Eve
Marie-Eve

Je m’appelle Marie-Eve, et j’accompagne les femmes de Suisse romande qui veulent écrire et qui ont des difficultés à trouver l’élan pour aller jusqu’au bout d’un projet. Je t'aide à identifier tes blocages d’écriture et à aller jusqu’au point final.

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *