4 raisons pour lesquelles tu n’as pas confiance en ta plume

4 raisons pour lesquelles tu n'as pas confiance en ta plume
Cette semaine, je te donne les 4 raisons principales qui te font douter de tes talents d'écrivaine (alors que tu AS du talent).

Comment avoir confiance en son talent?

La plupart des femmes avec qui je travaille en accompagnement doutent d’une chose avant tout: de leur talent. Pourtant, je découvre au fil du temps que non seulement elles écrivent bien, maîtrisant parfaitement les codes de l’écrit, mais encore qu’elles ont tout un univers à elles, original et plein de beauté. Alors, comment expliquer ce manque de confiance? J’y vois au moins 4 raisons, qui ont à voir avant tout avec leurs parcours de vie.

Un parcours de vie sans encouragements, régi par une norme toute puissante…

Raison n°1: Le parcours scolaire

L’école, comme le dit la professeure Dominique Bucheton, spécialiste du rapport social et scolaire à l’écriture, est le lieu de l’apprentissage de la norme. Ainsi, on apprend la grammaire, l’orthographe, bref, à écrire « juste ». A l’école, en effet, l’écriture est avant tout le vecteur de la réussite ou de l’échec scolaire. Comment, alors, ne pas développer un rapport de soumission vis-à-vis de cette dernière? Le résultat, c’est des écrivaines en herbe, comme toi, qui ont peut de mal faire et qui, ainsi, n’osent pas se lancer et se sentir légitimes. Qui ne font pas confiance à leur inspiration.

Raison n°2: Le complexe de la bonne élève

J’en ai déjà parlé ici. Dans l’écriture, le complexe de la bonne élève, acquis dans l’enfance (école, parents, éducation), se manifeste comme suit: tu as une excellente maîtrise de la langue, de la syntaxe, de la structure, et pourtant tu es bloquée dans tes projets et tu n’arrives pas à avancer. Tu crois alors que tu manques d’inspiration, de structure… Alors que c’est ce dont tu as peur qui te bloque: faire des erreurs, faire « mal », faire « faux ».

Or, il y a toujours un bénéfice, même dans un complexe. Qu’as-tu donc à gagner à garder cette attitude? Ceci: habituée à être récompensée pour ta discipline (surtout si tu es une femme), tu as beaucoup de peine à te défaire du réflexe de vouloir faire plaisir. Tu te sens véritablement valorisée à faire les choses à la perfection. Tu n’oses, ainsi, pas te lancer dans l’écriture, de peur de mal faire, de décevoir ou d’être jugée par les autres. Encore une fois, tu ne te fais pas confiance.

Raison n°3: La moindre valeur accordée à la parole des femmes

C’est quelque chose dont on se rend compte aujourd’hui plus que jamais: la parole des femmes n’a pas la même valeur que celle des hommes. Il suffit de voir toutes les affaires récentes liées aux agressions sexuelles (viol, inceste…): la parole d’une femme est systématiquement mise en doute, raison pour laquelle, le plus souvent, elle préfère se taire que dénoncer les violences subies. Et ce n’est évidemment pas que dans ce domaine que ce phénomène se vérifie. Il n’y a qu’à regarder les chiffres de la représentation des femmes en politique, carrière par excellence où la parole est vectrice des idées, pour s’en convaincre.

Cependant, la parole se libère depuis 2017, avec le mouvement #metoo. Il est temps pour toi, donc, d’oser écrire et de donner au monde tous les trésors qui sont en toi. Ecris ton histoire, pour libérer ta parole.

Je me rends compte à quel point la place de l’écrivain est beaucoup plus compliquée à investir pour une femme que pour un homme

Lola Lafon

Raison n°4: Un champ littéraire dominé par les hommes (blancs)

Enfin, last but not least, qui sont les « grands écrivains » que tu as lus à l’école (et dont on t’a probablement dit qu’ils étaient des génies trèèèès difficile à égaler)? Des hommes, je parie. Beaucoup d’hommes. Quand l’écrivaine est une exception qui confirme la règle (la domination masculine dans le champ littéraire, que se soit au niveau des contenus souvent sexistes, mais aussi dans la surreprésentation des hommes dans les palmarès littéraires), il est plus difficile pour une femme de se sentir légitime au sein de la littérature. « Je me rends compte à quel point la place de l’écrivain est beaucoup plus compliquée à investir pour une femme que pour un homme », a dit Lola Lafon dans un récent entretien.

A tout ceci, je devrais encore ajouter la position particulière de la Suisse dans le champ littéraire francophone, mais ce sera pour la prochaine fois.

Comprendre ces raisons à croire en sa légitimité et en son talent. C’est ce qui me tient le plus à cœur: permettre à des femmes comme toi d’y croire, et de prendre la place qui leur revient.

J’espère que cet article t’a été utile! N’hésite pas à me raconter ton expérience en commentaire!

Et pour prendre soin de toi:

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Écris un texte en 7 jours et retrouve confiance en ton écriture sans faire de plan!

Si tu rêves d’écrire mais ne sais pas par où commencer, ce petit défi te permettra de remettre le pied à l’étrier!

Marie-Eve
Marie-Eve

Je m’appelle Marie-Eve, et j’accompagne les femmes de Suisse romande qui veulent écrire et qui ont des difficultés à trouver l’élan pour aller jusqu’au bout d’un projet. Je t'aide à identifier tes blocages d’écriture et à aller jusqu’au point final.

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *